Réussir sa PACES, un énorme challenge qui reste accessible

 

La PACES (Première Année Commune aux Etudes de Santé) est un concours de haut niveau scientifique qui nécessite un investissement très fort des étudiants issus du baccalauréat, une capacité de travail importante et une organisation rigoureuse et sans faille tout au long de l’année.

Les connaissances à acquérir sont considérables, et ce en un délai très court : les enseignements commencent la deuxième semaine de septembre et  le premier concours a lieu entre la pemière et la troisième semaine de décembre. L’étudiant, pour réussir, doit faire preuve d’une grande endurance, d’une régularité soutenue dans son travail, de beaucoup d’autonomie et de soutien.

Pour mettre toute les chances de son côté, l’étudiant doit bénéficier d’un environnement propice au travail, au sein duquel il pourra trouver calme, concentration et aussi accompagnement et encouragement.

 

Quelles sont les difficultés rencontrées en PACES ?

1/ Le changement des méthodes de travail

Les cours non structurés : les cours d’amphithéâtres ne sont pas nécessairement donnés dans un ordre scientifique et pédagogique logique, mais plutôt selon des impératifs de planning et de disponibilités des enseignants : c’est à l’étudiant de ré-agencer l’ensemble de ses cours selon une logique

QCM / QCS ou QROC : une nouveauté pour les étudiants qui sortent du baccalauréat et très peu d’entrainement leur sera fourni à la faculté : à vous de le trouver seul !

L’anonymat en cours : les professeurs des cours magistraux (quand il y en a un dans l’amphi, et que vous n’êtes pas en visioconférence !) sont submergés par les étudiants à la fin du cours, et il est souvent très difficile d’avoir l’opportunité de poser ses questions quand on n’a pas compris !

2/ Les connaissances à acquérir

Temps court : des connaissances très denses à comprendre et assimiler en un temps très court (en moyenne 13 semaines entre la rentrée et le concours).

La difficulté des matières: beaucoup de nouvelles notions qui sont des acquis pour le professeur en cours magistral mais ne le sont en réalité pas quand l’étudiant arrive du lycée.

La quantité astronomique à apprendre : des polycopiés très volumineux à apprendre par cœur pour des matières telles l’UE2, UE5 et UE7.

3/ L’investissement personnel / l’autonomie

L’absence de support de cours : ou bien encore des supports en L’étudiant ne peut compter que sur une prise de note personnelle, efficace et complète !

Un nouveau rythme de vie : tout le temps est exclusivement attribué au travail. Ne pas oublier que c’est un concours. Seuls les meilleurs réussissent…MAIS, il est fondamental de s’autoriser des temps de détente et de repos.